Bel Estiu : pause champêtre en Dordogne

Dans le Sud-Ouest de la France, entre Sarlat et Montignac, la maison d’hôtes Bel Estiu invite le temps d’une nuit ou d’une semaine en famille, à une escapade paisible, en pleine nature du Périgord noir.

Des pierres sèches du pays, des tomettes anciennes, un toit de lauze… et des champs de blé à perte de vue. Il n’en a pas fallu plus à Émilie Ergoll, ancienne styliste à Paris pour venir s’installer en pleine campagne du Périgord noir, et restaurer avec du coeur et beaucoup de goût, cette ancienne ferme typique du XVIIIe siècle. 

On perçoit l’âme retrouvée de cette batisse endormie dans ces épais murs en pierre et ses poutres en bois et on lui piquerait bien quelques idées déco devant cette palette de tons de gris, noir, crème et ocre, rappelant celles de Lascaux (dont la réplique est à visiter non loin), ces parquets en chêne, ces petits objets justement chinés, cette literie en lin lavé ou bien les volets vénitiens en guise de placards, ces crèches conservées et mangeoires transformées en tables de chevets. 

Emilie imagine ce petit hameau comme une maison d’amis, une maison de vacances, située à quarante minutes en voiture de la gare de Brive, et propose à ses hôtes un lieu où il fait bon se ressourcer et partager un bon repas (avis aux amateurs de terroir) autour d’une planche de fromages ou de charcuterie et autres produits locaux et faits maison. 

A deux ou en tribu, vous avez le choix de booker une chambre (deux des trois sont familiales) avec sa salle de douche privative ou bien la ferme Bel Estiu entière, qui se compose sur 200m2, d’un salon, un coin lecture (où sont rangés des jeux de société), une salle à manger et une cuisine équipée. Soit des espaces chaleureux décorés avec un goût sûr pour l’épure, pour aller vers l’essentiel et prendre du bon temps, du temps pour soi. 

Après avoir visité la cité médiévale de Sarlat à quelques kilomètres, ou pagayé dans la vallée de la Vézère (classée au Patrimoine de l’Unesco, la lumière à la tombée du jour, y est sublime), la nature verdoyante de cette terre de caractère continue à Bel Estiu : de retour à la ferme du bonheur, petits et grands sauront profiter à l’ombre d’un tilleul ou d’un noyer, du calme de son jardin bordé par les champs et les forêts de pins (départ d’une jolie randonnée). Le jardin est naturellement aménagé pour que chacun ait son moment dans un transat ou son hamac, sans enfants (ou parents) dans les pattes. 
Chauffée de mai à octobre, une piscine aux airs de vieux bassin vous attend à l’écart de la maison pour vous adonner à quelques brasses.

Et pour atteindre le niveau de détente maximal, offrez-vous un massage californien ou un cours de yoga (à réserver à l’avance) sur-mesure selon votre niveau et si les enfants souhaitent y participer. 


Après avoir visité la cité médiévale de Sarlat à quelques kilomètres, ou pagayé dans la vallée de la Vézère (classée au Patrimoine de l’Unesco, la lumière à la tombée du jour, y est sublime), la nature verdoyante de cette terre de caractère continue à Bel Estiu : de retour à la ferme du bonheur, petits et grands sauront profiter à l’ombre d’un tilleul ou d’un noyer, du calme de son jardin bordé par les champs et les forêts de pins (départ d’une jolie randonnée).

Le jardin est naturellement aménagé pour que chacun ait son moment dans un transat ou son hamac, sans enfants (ou parents) dans les pattes. Chauffée de mai à octobre, une piscine aux airs de vieux bassin vous attend à l’écart de la maison pour vous adonner à quelques brasses.

Une fois la nuit venue et les buses perdues de vue, admirez le silence de la campagne et la beauté d’un ciel étoilé, au coin d’un feu allumé dans la niche, une tisane à la main. Découvrir Bel Estiu c’est y revenir. 

Maison d’hôtes Bel Estiu / Le Méjat, 24 590 Saint Géniès / +33.6.50.69.44.04 / dès 105 € la nuitée pour une chambre et 210 € pour la maison entière.

 

Texte – Marie-Gabrielle Graffin

Vous aimerez aussi...

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'une *